Devenir Pilote de Chasse

Guide pratique

Un Mirage 2000 en phase d

Amateur de performances et de sensations fortes, le métier de pilote de chasse est fait pour vous ! Si vous voulez avoir la chance de piloter les meilleurs avions en service, il vous faudra embrasser une carrière militaire.

Nous vous présenterons ici plus particulièrement le métier de pilote de chasse. Mais sachez qu’un pilote militaire peut aussi être affecté au pilotage de transport, ou au pilotage d’hélicoptères. Cela dépend de ses préférences, et de son classement dans les premiers mois de formation.

Quotidien du pilote

Les missions du pilote de chasse

Les missions confiées au pilote de chasse sont multiples : protection du territoire contre la menace aérienne, dissuasion nucléaire, renseignement mais aussi supériorité aérienne et appui-sol en opérations extérieures.

De même, le pilote de transport peut être assigné au transport de troupes, de matériel, de liaison, mais aussi au ravitaillement en vol ou à la guerre électronique.

Mais attention, souvenez-vous que le pilote de chasse est avant tout un soldat, au service de la France et de ses citoyens. Il vole relativement peu comparé à un pilote de ligne avec 180 heures par an environ, et son salaire – la solde – est bien inférieur.

La vie du pilote de chasse

Un pilote est affecté à un escadron, lui-même stationné sur une base aérienne. Par conséquent, le pilote vit toute l’année sur la base militaire, ou dans un logement personnel à proximité.

Tous les matins, le pilote consulte le tableau d’ordres, qui donne les horaires et les programmes des vols de tous les pilotes de l’escadron.

Si un vol est prévu dans la journée, le pilote doit le préparer minutieusement : étude de la météo, calcul de la quantité de carburant à emporter, réflexion sur les moyens à mettre en œuvre pour réussir la mission.

Avant de décoller, les équipages de la patrouille se réunissent pour un briefing, où le leader (le chef de patrouille) présente les objectifs, et les solutions retenues pour les atteindre. Il répartit enfin les tâches entre les différents pilotes qui composeront la patrouille.

Un pilote de chasse en train de faire une manoevre acrobatique

Il s’ensuit le vol en lui-même, qui doit mener à l’accomplissement de la mission. C’est maintenant que le pilote peut ressentir pleinement les sensations uniques du vol supersonique. L’avion répond à ses moindres sollicitations et concilie puissance et grâce.

Selon l’ordre de mission, le vol va amener le pilote à survoler les crêtes à basse altitude, ou au contraire traverser les mers au-dessus des nuages. Tantôt va-t-il devoir effectuer un ravitaillement en vol, trouver l’avion tanker, manœuvrer en douceur pour positionner la perche dans le panier d’essence.

Sur le chemin du retour, c’est la simulation d’une attaque à la bombe. L’objectif est éclairé par le désignateur laser, les munitions sont larguées. Cible détruite, il est temps de rentrer à la base.

Une fois que les avions sont posés, le pilote doit faire un rapport du vol à ses mécaniciens, et décharger les informations de son ordinateur de vol, qui seront analysées lors du débriefing : les objectifs ont-ils étés atteints ? Les choix ont-ils étés les bons ? Le pilote est évalué par le responsable de la patrouille sur de nombreux paramètres. Il doit toujours progresser.

Le pilote ne vole cependant pas tous les jours. Quand il reste au sol, il a d’autres activités à remplir : formation théorique, étude des nouvelles technologies, entretien de sa forme physique…

Le salaire du pilote de chasse

Le pilote de chasse étant militaire, on va parler de solde pour qualifier son salaire.

Pendant la formation à Salon-de-Provence, le pilote touche environ 1200 € par mois. Cette solde est ensuite portée à 1800 € après le premier vol en solo (au bout d’un an), puis à 2300 € lorsqu’il obtient son brevet de pilote.

Le salaire du pilote dépendra ensuite de son ancienneté, de son grade, de sa situation matrimoniale et du nombre de ses enfants. Plus des primes pour les éventuels séjours en opération. Il faut noter que les officiers de carrière avanceront plus rapidement sur la grille de salaire que les officiers sous contrat.

Parcours de formation

Un Mirage 2000 en plein vol

Pour un jour piloter un avion de chasse, deux formations s’offrent à vous :

  • Après un baccalauréat, la sélection EOPN permet de devenir officier sous contrat pendant 8 à 20 ans ;
  • Sur concours niveau Math Spé, l’École de l’Air de Salon-de-Provence permet de faire carrière et d’accéder ensuite à des postes de haute responsabilité.

La première formation constitue le vivier des pilotes de chasse de l’Armée de l’Air. Ce sont des pilotes qui vont passer 8 à 20 ans en escadron, et dont la fonction sera de piloter les avions.

Les officiers de carrière sont des ingénieurs. Ils sont formés à piloter, mais ce sont avant tout les futurs chefs de l’Armée de l’Air. Ils sont donc également formés au commandement et au management. Leur carrière opérationnelle de pilote sera assez courte, et ils délaisseront progressivement les missions aériennes pour des responsabilités au sol.

Il vous faudra également satisfaire aux conditions médicales très strictes, surtout pour la chasse, où le corps doit pouvoir résister à une éjection. Les examens médicaux durent une semaine, et vont porter entre autres sur l’examen des yeux, du squelette, du cœur et des oreilles.

Il est également possible de devenir pilote de chasse dans l'Aviation Navale, ou Aéronavale, qui est la composante aérienne de la Marine Nationale. De la même façon, on distingue les officiers sous contrat, qui ont suivi la sélection EOPAN, et les officiers de carrière qui sont diplômés de l'École Navale.

Le saviez-vous ?

Si vous rêvez de devenir pilote de chasse, vous devrez obligatoirement commencer par une formation sur avion léger de type monomoteur à piston. Pour mettre toutes les chances de votre côté lors des sélections, et acquérir les compétences de base de votre futur métier, Captain Janse a établi Pilot Academy Web, un programme vidéo interactif en ligne. N'hésitez pas à essayer l'essai gratuit.

Évolutions de carrière

Un pilote de chasse installé dans son avion avant son départ

Tout au long de sa carrière, le pilote de chasse peut évoluer selon deux voies hiérarchiques :

Hiérarchie fonctionnelle

Le pilote peut devenir chef de patrouille, c’est-à-dire qu’il va diriger des formations de plusieurs avions pour accomplir des missions aériennes. C’est la principale perspective d’évolution du pilote sous contrat. Mais il peut aussi devenir instructeur, en école ou en escadron. Le pilote officier de carrière pourra lui devenir par la suite commandant d’escadrille, et gèrera les missions de ses pilotes.

Progressivement, le pilote officier de carrière va abandonner ses missions opérationnelles pour se consacrer au commandement. Il pourra effectuer un séjour en état-major, diriger une base aérienne, ou encore assurer des fonctions de support de l’armée comme les ressources humaines.

Il est possible par concours interne pour un officier sous contrat d’intégrer le corps des officiers de carrière, et de suivre ainsi leur évolution de responsabilités.

Hiérarchie organisationnelle

Ce sont les grades militaires. Au sortir de la formation, les pilotes sont affectés en escadrons au grade de sous-lieutenant.

Les officiers sous-contrat deviennent lieutenant, puis capitaine au grès de leur ancienneté. Ils peuvent éventuellement accéder au grade de commandant.

Les officiers de carrière pourront évoluer plus haut dans la hiérarchie, jusqu’aux grades de lieutenant-colonel puis colonel. Les meilleurs d’entre eux pourront devenir des officiers généraux.

F.A.Q. (Foire Aux Questions)

Je n’ai pas fait d’études scientifiques, est-ce grave ?
Cela dépend ! Pour rejoindre l’École de l’Air, il faut avoir suivi deux années de classes préparatoires scientifiques. La sélection EOPN ne demande que le baccalauréat, général ou technologique. Les épreuves de sélection comportent une résolution de problèmes mathématiques, mais ceux-ci sont abordables : produits en croix, systèmes d’équations simples, calculs de vitesse… Il faut seulement faire preuve de rapidité.
Est-ce que le métier de pilote de chasse est compatible avec une vie de famille ?
Oui, la plupart des pilotes vivent en famille, et c’est important ! Mais ce n’est pas toujours facile de concilier un métier difficile, de passion, aux absences parfois prolongées avec sa vie de couple ou de père de famille. En moyenne, un pilote de chasse découche 150 jours par an, encore plus souvent pour un pilote de transport. Il faut aussi prendre en compte les risques du métier et ce que cela implique pour les membres de sa famille.
Je suis une femme, puis-je devenir pilote de chasse ?
Bien sûr ! La sélection EOPN et le concours de l’École de l’Air sont ouverts aux femmes. La seule différence porte sur les épreuves sportives, qui ont des barèmes spécifiques. Il y a actuellement en service aérien une douzaine de femmes sur 350 pilotes. C’est peu, mais représentatif de la population des candidats aux épreuves de sélection.
Est-ce un métier dangereux ?
Oui. Il ne faut pas oublier que le pilote de chasse est un soldat. Il peut être appelé à combattre en cas de conflit armé, et doit être prêt à sacrifier sa vie si nécessaire. Même en temps de paix, le métier comporte des risques, et des accidents peuvent se produire, entrainant parfois la mort du pilote.
Combien coûte une formation de pilote de chasse ?
Rien ! En tout cas rien au futur pilote. Car une formation de pilote de chasse coûte près d’un million d’euros à l’État. Mais quelle que soit la filière, le futur officier ne déboursera pas d’argent pour sa formation. Il est même rémunéré tout au long de celle-ci.
Si vous avez d'autres questions, notre équipe sera heureuse de vous répondre. Ecrivez-nous par e-mail à l'adresse suivante:
questions-reponses[at]captainjanse.com
© 2012 Captain Janse S.A.R.L. / Tous droits réservés.